Chroniques Point Zéro
 

LES GRANDES QUESTIONS DU RAMADHAN : La problématique des libertés

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 01.06.17 | 12h00 Réagissez


Fatigué. Usé. Vieux. Mais là, bien là, assis sur son trône, poussé par une foule d’intrigants à pied. Par la fenêtre barricadée de son bunker médiéval, le Seigneur de la Terre des Deux Rives a regardé un oiseau fendre le ciel avec une fragile légèreté. La liberté. Oui, les libertés économiques, culturelles, syndicales, médiatiques, politiques. Mais pourquoi, alors que le peuple ne demande au fond que du pain et du travail ?

- Seigneur…

Il a fait demi-tour, tournant le dos à la fenêtre, sans voir que l’oiseau venait de se crasher.

- Oui ?

A genoux, le vizir chargé des non-libertés est pratiquement par terre.

- Tu tombes bien, j’ai décidé qu’à partir de maintenant, j’exige pour tout responsable un certificat de virginité
- Vous parlez des casiers judiciaires, Grand Maître ?
- Non, je parle bien de virginité physique.

Le vizir a noté sur son non-carnet et les deux ont continué de discuter. Un pays qui n’est pas libre peut-il avancer ? Le contre-exemple chinois prouverait que oui, même si là-bas, seules les libertés politiques et médiatiques sont bridées, le reste est assuré, libertés économiques et culturelles.

Lassé, le Seigneur s’est retourné vers la fenêtre, pas même surpris de ne plus voir l’oiseau. Et puis même, ici, les libertés existent. Lui-même est parti de rien et a gravi les échelons librement.  Lui-même est libre aujourd’hui de partir, de rester Roi à vie, libre de nommer, dénommer et renommer, y compris le nom des rues, des places et des hommes. Mais c’est tout le problème, dans les systèmes féodaux, il suffit que le Maître se trompe pour que tout le monde se trompe, et c’est ce qui arrive à la Terre des Deux Rives.

Finalement, le Seigneur est-il bien à sa place ? Le Seigneur s’est endormi, laissant le vizir faire la vaisselle. Mais il s’est tout de suite réveillé, un cauchemar, et si quelqu’un d’autre qu’un membre de sa famille prenait sa place ? Que se passerait-il ? Il s’est rendormi. Pourtant, il n’est que midi. Mais pour lui, c’est une journée de gagnée. Fin

Chawki Amari
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie