Chroniques Point Zéro
 

Les animaux nouveaux (5) le serpent sans queue

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 20.04.17 | 12h00 Réagissez


Tamanrasset,  22° 47' 6" N 5° 31' 22.001" E. C'est dans cette ville mythique du Grand Sud, carrefour africain des cheminements historiques, que se croisent encore des espèces rares comme le mouflon ou la gazelle, et celles en voie de disparition comme le guépard. Et c’est dans les sommets de l’Atakor qu’un berger issaqamaren a affirmé avoir aperçu dans les rochers le fameux serpent sans queue.

C’est chose faite, selon ce Targui, même si ce serpent reste encore une énigme chez les herpétologistes, zoologistes spécialistes des reptiles, un serpent n’étant qu’une longue queue surmontée d’une tête, que signifie un serpent sans queue ? Pas grand-chose, une tête qui ne peut se nourrir, avancer ou se reproduire. Etrange évolution pour ce reptile d’un autre temps qui ne possède qu’une tête, immobile, et qui se demande pourquoi elle ne peut se déplacer.

Tout simplement parce que sa queue étant son corps, s’il n’a pas de queue il n’a pas de corps et, contrairement aux lézards, sa queue ne repousse pas une fois disparue. On ne sait pas trop comment ce serpent s’est retrouvé sans corps, mais le berger issaqamaren cite les Anciens, qui parlent d’un jour sans lune où le serpent s’est mangé la queue dans une absurde contorsion sans issue, signe d’une faible intelligence.

A l’image du pays, selon Idaber, guide touristique reconverti dans la réparation de cardans, car les gens de Tamanrasset le savent, en plus de n’être pas devenue une capitale touristique, cette ville qui aurait pu devenir un hub pour le reste de l’Afrique, au centre d’un réseau commercial, aérien et humain de grande ampleur. Elle ne le sera pas, il aurait été possible de le faire quand l’Algérie avait de l’argent, mais pas maintenant qu’elle a tout mangé. La faute à qui ? Le serpent sans queue, qui arrive encore à émettre quelques sons, affirme que c’est la baleine percée, autre créature marine mais dont l’existence n’a toujours pas été prouvée, autrement que par les énormes gaspillages de ressources opérés en permanence par l’Etat.

Chawki Amari
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie