Chroniques Point Zéro
 

Le siège du Quetzalcoatl

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 23.08.17 | 12h00 Réagissez


Sous le faux calme d’une fin d’été adoucie par les brises, une agitation particulière se ressent à Alger autour du totem central. Que va-t-il devenir ? Que faire de lui ? Quel grand Manitou pourrait le remplacer ? Les Algérois l’auront remarqué, les forces de sécurité semblent sur les dents, des mouvements de troupes sont signalés un peu partout, les murmures s’enfilent comme les perles du collier d’un nouveau mariage et des bruits sont venus combler le vide informationnel de médias qui ne trouvent plus quoi dire, eux-mêmes sans voix sur ce qu’il se passe en Haut lieu dans le tipi sacré. Et bien sûr, rumeurs incessantes sur la mort du Président, coup d’Etat médical à la Bourguiba et annonce imminente du nouveau Sachem, voire démission de l’actuel. Signe des temps, les Karkaris, secte venue du Maroc, ont commencé à déambuler dans les villages de l’Ouest pour répandre leur bonne parole.

Ornés de belles couleurs chatoyantes qui tranchent avec le noir absolu devenu la couleur de l’islam rigoriste, cette zaouïa inconnue jusqu’alors propage ses idées sur l’adoration de la lumière divine. Le Quetzalcoatl, dieu vivant pour lequel des sacrifices humains étaient régulièrement consentis, ne représente pas pour autant le Dieu suprême, contrairement à ce que pensent les Kerkaris qui n’en reconnaissent qu’un seul, le Dieu de Lumière, Unique. Selon les légendes amérindiennes, les dieux décidèrent après concertation d’envoyer Le Quetzalcoatl dans le Mictlan afin de récupérer les os des humains des créations précédentes. Pour les Aztèques, le Mictlan représente le niveau le plus profond de l’inframonde, tiré des mots «micqui», la mort, et «tlan», le lieu. C’est de ce «lieu de la mort», c’est-à-dire là où les défunts résident pour l’éternité, que le Quetzalcoatl serait revenu après avoir enfermé Mictlan-tecuhtli, le seigneur du Mictlan, et réussi à remettre les éléments dans l’ordre. En ancien aztèque, Micqui désigne donc la mort. En algérien nouveau, il désigne tout simplement le pays.
 

Chawki Amari
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...