Chroniques Point Zéro
 

Le glaçon et la brochette

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 28.06.17 | 12h00 Réagissez


Fait-il plus chaud qu’avant ? Cette question d’actualité brûlante renvoie à une idée répandue, «avant c’était mieux». Car c’est la panique qui traverse le monde entier en ce moment, démultipliée par des experts qui affirment que, dans 100 ans, la moitié de l’humanité mourra de chaud. La fin du monde, pas forcément la version monothéiste mais une version barbecue qui effraye même les vrais moudjahidine.

Oui, mais fait-il plus chaud qu’avant ? Pas vraiment, même si 2016, en attendant le classement pour 2017, a été répertoriée comme l’année la plus chaude en température moyenne planétaire depuis les premières mesures du XIXe siècle. 2015 aussi, 2014, la Terre brisant chaque année son propre record depuis 4 ans. Alors il fait plus chaud qu’avant ? Non, puisque les records ont été enregistrés en septembre 1922, Al Aziziah, Libye, 57°8C, en juillet 1913 dans la Death Valley, USA, 56,7°C,  que le record européen est de 48° en Grèce, 1977, et que surtout, avant, il n’y avait pas de thermomètre pour le savoir. Alors il ne fait pas plus chaud qu’avant ? Peut-être, mais si cette question provoque des angoisses existentielles sur l’approche de la mort par punition divine pour les péchés des hommes et les shorts de leurs sœurs, les astrophysiciens sont plus précis et à une échelle plus large. Ils prédisent dans un temps beaucoup plus long une mort certaine de l’homme, de la vie, du monde, de l’Algérie, son Président et tout l’univers. Dans quelques milliards d’années, si les forces de gravitation l’emportent, l’univers se contractera, la chaleur augmentera et tout le monde mourra de chaud. Si au contraire, les forces de dilatation de l’univers continuent de faire fuir les galaxies les unes par rapport aux autres, l’univers se refroidira jusqu’à devenir glacé. Mourir de chaud, grillés à petit feu, ou de froid, lentement gelés. Les deux fins ne sont pas réjouissantes mais tout est relatif ; en été, à 40°, il est plus agréable de penser à mourir de froid. Avec un verre et deux glaçons.

Chawki Amari
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie