Chroniques Point Zéro
 

Le fou prend la tour en C5 et sacrifie 40 millions de pions

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 30.08.17 | 12h00 Réagissez


Jouer aux échecs n’est pas du hasard, c’est celui qui calculera le plus loin possible qui gagnera. Il y a 20 coups possibles au premier coup et déjà 200 milliards de possibilités de jeu après 4 coups seulement. Au bout du 30e, il y a autant de possibilités que de grains de sable sur la Terre et au 40e autant que d’étoiles dans l’univers, le tout dans un quart de mètre carré avec 64 cases et un grand nombre de déplacements interdits. D’où le problème en deux coups qui s’est posé pour le régime et son célèbre joueur de dames, Ahmed Ouyahia.

Payer la paix sociale en vue des élections en promettant que l’Etat sera encore généreux en logements, non-remboursements ou en coiffure gratuite pour tous les moins de 92 ans. Ou, deuxième coup, engager directement les décisions douloureuses, à savoir prendre l’argent chez le citoyen puisqu'il s’est avéré trop difficile de le prendre à l’oligarchie. Aux échecs comme en politique, le premier coup induit tous les autres. Dans le premier cas, c’est le budget de l’Etat, déjà déficitaire, qui va saigner encore, avec comme conséquence l’emprunt et la création de dette pour les générations futures. Dans le deuxième cas, la population, déjà excédée par la mauvaise gouvernance, va passer à l’action, émeutes et casse sur le mode «on veut bien se taire pour vos méfaits et ratages, mais ne touchez pas à notre pouvoir d’achat, déjà ridicule». Dans le premier cas, l’Algérie sera ruinée et Ouyahia accusera la main étrangère. Dans le deuxième, le régime s’excusera une fois l’émeute passée et promettra des réformes, retour à la case départ. Sauf que le problème du jeu d’échecs est qu’on ne peut pas annuler les coups, tout part linéairement du premier. Alors quel coup jouer en premier ? Ce qui est sûr, c’est que le fou veut prendre la reine pendant que le roi dort, le Premier ministre jouera ce qu’on lui dit de jouer, avec ce déplacement caractéristique du cheval, une case en avant, deux sur le côté. Ou deux cases sur le côté, une case en arrière.

Chawki Amari
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...