Chroniques Point Zéro
 

Le donneur et le receveur

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 13.12.17 | 12h00 Réagissez


Au RND, il s’ennuie. Quand il était chef de cabinet à la Présidence dans une Présidence vide de tout Président, il s’ennuyait aussi, s’occupant des arbres en passant ses journées à discuter avec le jardinier de l’avenir de la nation. Mais même aujourd’hui qu’il a été repêché comme Premier ministre, faute de candidats, on a l’impression qu’il s’ennuie encore. La preuve, le 15 novembre dernier, il signait un décret publié il y a quelques jours dans le Journal officiel : «Les receveurs doivent justifier d’une formation professionnelle dans le domaine des transports, sanctionnée par une attestation professionnelle de receveur.» Autrement dit, le receveur doit avoir fait des études sanctionnées par un diplôme, un diplôme qui n’est pas demandé pour un maire, un wali, député ou même un président de la République.

Mais qu’est-ce qu’un receveur ? Pour ceux qui ne sont pas habitués au transport public, le receveur n’est pas celui qui reçoit le sang d’un donneur mais celui qui est dans le bus pour encaisser l’argent en échange de tickets. Ce n’est pas le chauffeur ni même le contrôleur, et d’ailleurs les dirigeants éclairés le savent, le problème du pays est lié à son organisation, l’élite n’est pas à la place qu’il faut et les analphabètes ont pris les postes-clés. Ce qui a donné l’argumentaire suivant : le frère de Bouteflika (Saïd) est tout indiqué pour succéder au frère de Bouteflika (Abdelaziz), il a fait des études, ce qui ne veut pas dire que le premier (Abdelaziz) n’a pas de diplôme, mais ce qui ne veut pas dire qu’il en a un. Car l’analogie avec le bus a du sens, on ne demande pas au chauffeur, celui qui conduit le bus avec tous ceux qui sont dedans, d’être diplômé. C’est au receveur, assis dans le bus aussi et conduit par le même chauffeur, à qui on demande d’avoir un diplôme. Pourquoi ? Peut-être parce que c’est lui qui gère l’argent. On le sait, même chez la mafia, le comptable est sacré, c’est lui qui compte l’argent et il doit savoir compter. Le reste n’est pas important.

Chawki Amari
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...