Chroniques Point Zéro
 

Khamsès 5 et la terre du grand soleil troué (fin)

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 14.06.18 | 12h00 Réagissez


Dans ce Royaume terrassé par le soleil que les contrées voisines nomment le pays assis, les sujets se demandent parfois si c’est parce qu’ils sont assis sans rien faire sur une nappe géante d’huile de pierre ou c’est simplement le Pharaon qui est assis. Mais n’aimant ni les questions ni les réponses, il n’y eut ni élections ni négociations, ni scrutin ni mains levées, tout juste un mou consentement collectif.

C'est ainsi que Khamsès 5 retrouva son trône en or dans son Palais de marbre, Pharaon suprême et Maître des instruments, Energie durable et Gardien des lumières clignotantes, Seigneur des copistes et de la onzième intelligence jusqu’à la fin des Temps, des confins du désert Talak aux grands fleuves des Couleuvres et des plaines oranges du Goulougoul aux limites de la Grande Mer de la Colère. La vie, ou ce qu’il en restait, reprit son cours et le trou dans le soleil qui avait momentanément disparu réapparut, ce qui permit à quelques privilégiés bien placés du régime d’avoir un peu d’ombre.

Alors que les taxes furent augmentées, les audiences royales supprimées et le Palais fermé à toute revendication, les citoyens redevenus sujets ont continué à se plaindre sans se remettre en cause, accusant le destin, la main du voisin ou la fatalité par l’intermédiaire d’une vieille tradition retrouvée dans le Grand Livre des Mots qui affirmait en langue Zighi, celle des Ancêtres, que cette terre, comprise entre les marais diaboliques de Djobi et les premiers contreforts de la chaîne du Tfou, ne sera dirigée que par le plus méchant d’entre tous.

Epuisé par sa faiblesse, le peuple se demanda si ce qu'il avait vécu était réel ou était-ce simplement le rêve du départ de la tribu des Oujd et Majoujd et de l’instauration d'une république moderne. Mais n’aimant ni les questions ni les réponses, quelques sujets entonnèrent quand même un dernier chant que Khamsès n’entendit pas, devenu sourd à force d’avoir trop parlé : «Gloire au Royaume du Soleil troué qui a inventé la roue qui tourne et le cauchemar dont on ne se réveille jamais.» Fin

Chawki Amari
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie