Chroniques Point Zéro
 

Des Turcs et des trucs

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 28.02.18 | 12h00 Réagissez


Ceux qui dans la foule d’Alger ont applaudi Macron, embrassé la main de Hollande et acclamé Erdogan sont-ils les mêmes ? Du point de vue des rapprochements culturels, probablement pas, mais de l’angle psychiatrique, c’est possible.

En tous les cas, né un 26 février 1954, année du déclenchement de la Révolution algérienne, Erdogan s’est vu offrir un gâteau d’anniversaire à Alger par ses hôtes avertis, mais contrairement à Macron, le président algérien ne l’a pas traité d'«ami de l’Algérie». La France est donc amie, mais pas la Turquie, simple partenaire économique ? Pour la population, ce n’est pas aussi simple, certains rappellent le rôle de la France dans la mort, le pillage et la torture des Algériens, d’autres les massacres des Ottomans, leurs insoutenables impôts et le ramassage des jeunes femmes pour les pachas.

Mais ennemis hier, les Français et les Turcs sont alliés aujourd’hui à travers l’OTAN, pour la destruction, entre autres, de la Syrie, faisant passer les convois de pétrole volé par Daech via la frontière turque, cette même frontière par laquelle la France a fait passer des milliers de djihadistes partis rejoindre l’Etat islamique. Enfin, pour couronner sa carrière, Erdogan est allé, en Syrie encore, massacrer des Kurdes, ce qui a ému la France, qui ne s’émeut pas pour tout le monde.

Cruel autocrate mais réellement élu par sa population, Erdogan n’est donc pas un ami de l’humanité. Reste le point de vue du colonisé, pour les Algériens de l’époque, les Turcs ne sont pas des colonisateurs comme les autres, pour la simple raison que ce sont les Algériens qui les ont appelés pour lutter contre les Espagnols. Les Espagnols sont-ils des colonisateurs ? Oui, mais personne ne leur en veut, tout comme les Romains, parce que c’est vieux. Tout n’est finalement qu’une question de temps, Erdogan va partir en 2024, à l’issue de ses deux mandats de 5 ans non renouvelables. Pour nous par contre, en 2024, 5 ans après 2019, il y a le risque de se retrouver avec le même autocrate.
 

Chawki Amari
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie