A la une Actualité
 

Izza Bouzekri inhumée hier au cimetière d’El Alia

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 19.05.17 | 12h00 Réagissez

 
	Arrivée de la dépouille de Izza Bouzekri hier au cimitère d’El Alia
Arrivée de la dépouille de Izza Bouzekri hier au...

Sans officiels ou presque, Izza Bouzekri a été inhumée, hier, au cimentière d’El Alia en présence de ses proches, des amis, d’anciens moudjahidine, des universitaires et quelques figures politiques.

Elle a été inhumée hier parmi les siens au cimetière d’El Alia (Alger). Izza Bouzekri, veuve de Abane Ramdane et du colonel Slimane Dehilès dit Si Sadek, a quitté notre monde, mercredi, à la suite d’une crise cardiaque, à l’âge de 89 ans. C’est dans la tombe de son fils, Hassen, l’enfant unique qu’elle a eu avec Abane Ramdane, mort à l’âge de 33 ans à la suite d’un accident de route, qu’elle a choisi d’être enterrée.

Quelques dizaines de personnes étaient présentes hier. Hormis la présence du wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, et le secrétaire général du ministère des Moudjahidine, Khaldi Boumediene, aucun autre officiel ne s’est déplacé. Izza Bouzekri a été accompagnée à sa dernière demeure des membres de sa famille, ses amis ainsi que  des figures révolutionnaires dont Ali Haroun et Mohamed Ghafir dit Moh Clichy qui étaient tous deux à l’ex-Fédération du FLN en France.

Il y a avait aussi l’écrivain et le neveu de Abane Ramdane, Belaïd Abane, Nacer Boudiaf, fils du regretté Mohamed Boudiaf, Saïd Sadi, l’ex-président du RCD et d’autres universitaires et anciens du mouvement berbère, à l’image de Mouloud Lounaouci. Née le 15 septembre 1929 à La Casbah, Izza Bouzekri a rejoint  la Révolution très jeune.

Elle était, entre autres, celle qui avait saisi la plate-forme du congrès de la Soummam. Epouse de Abane Ramdane jusqu’à son assassinat au Maroc, elle s’était mariée en 1959 à son ami, le colonel Si Sadek, décédé en novembre 2011. Bachir Yaha, fils de l’ancien commandant de l’Armée de libération nationale (ALN) et membre fondateur du FFS, Abdelhafid Yaha, dit Si Lhafidh, confie que son défunt père gardait encore, avant sa mort,  l’image forte de cette grande dame. «Malheureusement, elle est décédée en emportant ses mémoires avec elle.

Elle avait sûrement beaucoup de choses à nous raconter et c’est vraiment dommage que des personnes aussi importantes comme elle puissent partir sans beaucoup nous dire», regrette-t-il.
 

Meziane Abane
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie